L’Agérate bleue ou Pùtara (Ageratum houstonianum) est une plante originaire du Mexique que l’on trouve aux îles Marquises. En France, elle s’appelle du doux nom de « Célestine » en raison de sa couleur « céleste » bleu et blanc. Son nom botanique Ageratum qui signifie en grec « qui ne vieillit pas » se rapporterait à sa longue floraison ou à ses propriétés anti-âge. Ses noms locaux dans la Société et aux Marquises, la mettent en correspondance avec un arbuste à l’écorce odorante très recherché, le Maire ou Mei’e, Alyxia stellata.

L’herbe de bouc

L’Agérate bleue est une herbacée atteignant plus de 50 cm de hauteur dont les tiges couvertes de poils portent des feuilles odorantes et des fleurs en bouquet de couleur bleu mauve. Ces feuilles écrasées dégagent une forte odeur qui s’apparente, pour les européens à l’odeur du bouc, ce qui lui a valu d’être surnommée par les anglais Goat weed, signifiant «herbe de bouc» mais cette odeur musquée est fort appréciée localement.

l’Agérate bleue ou Pùtara elle utilisée aussi bien dans la pharmacopée traditionnelle qu’en cosmétique pour ses nombreuses propriétés et son parfum.

L’Agérate, un désinfectant naturel

Les feuilles de Pùtara appliquées sur des coupures ou des brûlures servent à désinfecter les plaies. En poudre mélangées à de l’huile chaude elles sont appliquées sur la peau pour favoriser la cicatrisation. Les feuilles en décoction combattent les douleurs intestinales. Une décoction bien concentrée apaise les rages de dents. Les feuilles s’utilisent également dans un bain pour soulager les personnes atteintes de meurtrissures, notamment après une chute. Une décoction de racine constitue une excellente tisane contre la fièvre.

Un désodorisant parfumé

Mais c’est également pour son parfum que le Pùtara était utilisé en soins corporels. Les marquisiennes utilisent ses feuilles le matin pour se laver le visage. La sève a des propriétés anti-inflammatoires qui calment toute irritation et à apaise les peaux sensibles. Les marquisiens utilisaient traditionnellement des feuilles froissées de Pùtara pour laver et parfumer leurs aisselles et leurs parties intimes, sans doute en raison de ses propriétés antibactériennes. Les propriétés aromatiques du Pùtara sont d’ailleurs aussi mises à profit dans la préparation du Kumu hei, le bouquet végétal aphrodisiaque porté par les femmes marquisiennes pour attirer les hommes (photo 2)

Attention, toutefois car le Pùtara contient de la coumarine qui peut provoquer des irritations des muqueuses et le rhume des foins chez certaines personnes. Pas génial comme aphrodisiaque !


Vous trouverez d’autres fleurs odorantes dans notre rubrique : Jardin de senteurs tahitiennes

Commentaires

Source :

Jean François Butaud entre autres.
Olivier Babin FTV N°16 mai 2016
Photo 2 : Kumuhei avec des agérates bleues. Photo instantdumonde

2016-12-16T10:53:50+00:00 Categories: Fleurs de Tahiti, Jardin de senteurs tahitiennes, Marquises|Tags: |
262 Partages
Partagez261
Tweetez
Enregistrer1
+1