Ah ces missionnaires ! Pour combattre la religion païenne, les missionnaires chrétiens ont brûlé la quasi majorité des tiki représentant les dieux mangaréviens. Cette destruction a commencé à Akamaru le 16 avril 1835, et s’est ensuite poursuivie dans les autres îles. Kopunui était le seul chef mangarévien qui se soit opposé à la destruction des idoles.

Heureusement, un prêtre trouva ce tiki fort beau et le conserva. Ce tiki, très naturaliste, mesurant un mètre de haut, était l’un des derniers qui restait à l’arrivée de Dumont d’Urville en août 1838. L’évêque ou le père Laval, fît cadeau de cette pièce à Dumont d’Urville, qui la rapporta en France. Elle est désormais exposée au Musée de Cahors (France)

Une réplique offerte par des navigateurs se trouve dans la mairie des Gambier à Rikitea.

Voir fiches :

Commentaires

Source :

BUCK HIROA Ethnologie of Mangareva Bishop Museum Bull. 157 –
LESSON pp. 160-161 – Musée d’histoire naturelle, La Rochelle, n° H 498.

2017-09-12T07:13:58+00:00Categories: Gambier, Mangareva, Tiki - Ti'i|