Un homme, une croyance, une immense implication. Nott était l’un des premiers missionnaires protestants anglais, ami de la famille Pomare. Missionnaire protestant de la London Missionary Society, Henry Nott est l’un des membres du navire Duff,  arrivé en 1797.

Henry Nott (1774-1844)

Un homme, une croyance, une immense implication. Nott était l’un des premiers missionnaires protestants anglais, ami de la famille Pomare. Missionnaire protestant de la London Missionary Society, Henry Nott (1774-1844) est l’un des membres du navire Duff,  arrivé en 1797.

Henri Nott n’a que 23 ans lorsqu’il arrive à Tahiti. Très vite, il se lance dans l’œuvre d’évangélisation mais rencontre de nombreux obstacles : refus des prêtres païens d’accepter ces pure atua  (prieurs de dieu) et hostilité de la population tahitienne qui préfère leurs dieux. Le pasteur Nott échappe in extremis à trois tentatives d’assassinat. Malgré tout, rien ne l’arrête. Il est déterminé à connaitre ce peuple et sa langue. Mieux encore, il veut vivre comme lui, à la « locale ».

Nott apprend le reo tahiti plus vite que les autres. Il est choisi pour faire le premier sermon en tahitien, le dimanche 16 août 1801 puis l’année d’après, il parle couramment la langue. En 1805, les premières bases d’un alphabet tahitien sont posées. Il élabore ensuite le premier dictionnaire de langue tahitienne, puis traduit la bible en tahitien et rédige le code Pomare.

Confident et conseiller principal du roi Pomare II, il le convainc à se convertir au protestantisme en 1819, dans une immense chapelle protestante située à Arue.

Le pasteur Henri Nott

Le pasteur Henri Nott à Arue

La bible en tahitien

La plus grande œuvre d’Henry Nott restera incontestablement la rédaction de la bible en langue tahitienne. Un travail de plus de 15 années d’efforts, en compagne de ses diacres achevé le 18 décembre 1835, à 1h35 du matin. Les premières éditions connurent un succès sans précédent. Le pasteur Henri Vernier expliquait d’ailleurs que « Des pirogues à voiles venaient même des Tuāmotu pour acheter la bible ».

Le Code Pomare de 1819

Henry Nott rédige le premier code de lois locales, le code Pomare. Ce code était le reflet des conceptions puritaines des missionnaires de la London Missionary Society lequel allait surtout bouleverser la vie et les mœurs des Polynésiens. Aujourd’hui encore, certains haut dignitaires de l’Eglise Evangélique Protestante Mā’ohi parlent d’un code imposé dont l’objectif inavoué était l’anéantissement pure et simple des croyances et pratiques de l’époque (idolâtrie, orgies, infanticides et crimes divers).

La tombe d’Henry Nott

La tombe du pasteur Henry Nott est située entre l’école élémentaire Ahutoru et l’école maternelle en bord de mer d’Arue. Avant sa mort, il avait en effet émis le vœu d’être enterré à une centaine de mètres du cimetière royal des Pomare à Arue, la tête tournée vers celui-ci.

En cas de déplacement de sa tombe, la commune de Arue devra restituer à la famille Pomare le terrain sur lequel se trouve sa tombe et donc, l’école primaire.

Tombe du pasteur Henri Nott à Arue, Tahiti

Plaque de la tombe du pasteur Henri Nott à Arue

Chaque année, le 05 mars, à l’occasion de la commémoration de l’arrivée de l’Évangile en Polynésie, le maire de Arue, son conseil municipal, les représentants de la famille Pomare et de la paroisse protestante viennent se recueillir sur la tombe d’Henry Nott ainsi que sur celle de Pomare II.

Commentaires

Source :

Info de TEAUNA Arouira, recueillies par l’école de Arue classe CT2 de RAIOHA Charles, 1977


2017-12-14T10:33:39+00:00Categories: Ahutoru, Arue, Personnage historique, Tahiti, Tombe|