La cathédrale Notre-Dame, située en plein centre de Papeete, reste un des derniers vestiges de l’histoire de la Polynésie française et demande donc à être absolument conservée, d’abord comme témoin d’une époque de notre histoire, mais aussi comme lieu de recueillement et de visite pour les habitants de Papeete et les touristes de passage. Elle se dresse majestueusement en plein centre ville telle une reine qui veille sur la capitale de la Polynésie française. C’est de là que part le «point kilométrique zéro» du tour de l’île de Tahiti.

Après bien des péripéties, tant sur le choix du terrain que sur les dimensions et le style de l’édifice, la construction de la cathédrale de Papeete, projeté dès 1844 fut construite par le gouvernement et les travaux se déroulent en trois phases :

  • Entre 1856 et 1857 : La construction est dirigée par l’évêque et réalisée par des mangaréviens.
  • Entre 1857 et 1870: Les travaux sont arrêtés ; les mangaréviens emportent trois portails pour les sculpter dans leur île.
  • Entre 1870 et 1875 : La colonie reprend en main la suite du déroulement de la construction.

La cathédrale Notre-Dame de Papeete fut inaugurée la veille de Noël, le 23 décembre 1875 par Monseigneur Tepano Jaussen, évêque d’Axiéri. De style ancien, elle présente la particularité de posséder en partie une forme gothique.

Pour les 130 ans de la consécration de la Cathédrale Notre-Dame de l’Immaculée Conception de Papeete, en 1968, le Maire Michel Buillard et Monseigneur Hubert Coppenrath inaugurent à l’intérieur de la cathédrale, de nouveaux vitraux, des fonts baptismaux, des fresques dont une mosaïque de marbres du Christ Pantocrator.

Les trois cloches de la Cathédrale Notre-Dame

La cathédrale Notre-Dame est une figure de l’histoire de Papeete, témoin d’un raz-de-marée en 1906, du bombardement de la ville par des croiseurs allemands le 22 septembre 1914, des cyclones de 1983, et des émeutes de 1987. Ses trois cloches ont sonné tour à tour les naissances et les deuils, le tocsin des alertes et les grandes volées de la victoire ! Plusieurs générations d’enfants y ont reçu leur baptême et leur première communion. Ces trois cloches qui ont été bénites le 19 décembre 1875, quatre jours avant l’inauguration officielle de la cathédrale par Monseigneur Tefano Jaussen. Elles portent chacune un nom et ont un parrain :

  • La première est nommée « Marie Charlotte« . Elle est offerte par le Maréchal Mac-Mahon, alors Président de la République.
  • La seconde porte le nom de « Emilie Octavie« . Monsieur Octave Gilbert Pierre, commandant à Tahiti et son épouse Emilie Gilbert Pierre en furent les donateurs.
  • La troisième baptisée « Anne Martin » a pour parrain l’Amiral et Madame Anne Fourichon.
Commentaires

Source :

Père O’REILLY Le Tahiti catholique –  Société des Océanistes – Paul HODEE, Tahiti 1834-1984. – Yves BABIN, Cathédrale de Papeete.


Renseignements : Tél. 40 50 30 00 – Site internet: www.cathedraledepapeete.com


126 Partages
Partagez126
Tweetez
Enregistrer
+1