Un coq sans ergot

– Où est le tara (ergot) du coq ?

C’est la question que tous les passants, ou presque, se posaient en regardant le coq de l’artiste japonais Suiko, rue Anne-Marie Javouhey à Papeete (Tahiti) sur un mur du collège Anne-Marie Javouhey.

– Si le coq n’a pas d’ergots, on va dire que c’est une poule ! s’est amusée Metua, qui n’a pas pu s’empêcher de le faire remarquer au graffeur.

Ravi de l’apprendre, Suiko a aussitôt rectifié le tir en dessinant les apparats qui caractérisent les coqs tahitiens. Merci Metua !

Street art à Papeete, le coq d'Anna marie Javouhey. Photo O'ohu /Suliane Favennec

L’artiste Suiko rajoute les ergots au coq

Le japonais Suiko

Le graffeur Suiko est né à Oita, au Japon. Il grandit à Hiroshima et s’intéresse aux graffitis dès l’école secondaire, mais ne commence à peindre sur les murs qu’après l’obtention de son diplôme. Suiko voyage à travers le Japon, l’Europe, et l’Asie et travaille avec des artistes du monde entier dont le style et les origines culturelles sont bien différents des siens. Ces expériences ainsi que la calligraphie et les estampes japonaises inspirent ses œuvres.

Suiko vit et travaille au Japon et est considéré comme l’un des plus grands graffeurs du Pays.

Commentaires
2017-11-21T17:25:15+00:00Categories: Centre ville, Papeete, Street Art, Tahiti|