La rue de Rivoli partait de l’avenue Bruat et allait jusqu’à la place de la cathédrale. Cette principale artère de la ville de Papeete, s’appelait, jusqu’en 1859, Broom Road, puis rue Louis-Philippe avant d’être renommée rue de Rivoli.

Elle doit ce nom à victoire du Général Bonaparte lors de la bataille de Rivoli qui s’est déroulée les 13 et 14 janvier 1797, aux environs de Rivoli dans le nord de l’Italie, entre l’armée française et l’armée autrichienne.

La rue de Rivoli à Papeete en 1900 © Tahiti Heritage

En 1941, plus personne ne sachant qui était ce « Rivoli », le conseil municipal a décidé de rebaptiser la rue en « rue du Général de Gaulle » en l’honneur de ce héros de la seconde guerre mondiale. Ce fut la première rue de la République qui fut dédiée au Général.

  1. La rue de Rivoli, vue depuis la place de la cathédrale vers la place Tarahoi

Vers 1900, la vue de Rivoli à Papeete vue depuis la place de la cathédrale.
Le restaurant Le Diadème, rue de Rivoli en 1950

Vers 1900, la vue de Rivoli vue depuis la place de la cathédrale vers la place Tarahoi. A droite, le magasin du photographe «Artistic Photographs of Tahiti and neighbouring Islands ». Sa maison étonnait par des baies gothiques, reliquats du temple de Paofai récemment reconstruit. Les grilles, à gauche, furent celles de la Banque de l’Indochine. La maison coloniale avec balcons à persiennes orientales abritait les Etablissements Bambridge et Dexter : menuiserie et mécanique. L’immeuble Norman Hall s’élève désormais à cet emplacement.

En face de l’hôtel de France dont on voit sur la gauche les colonnades, se trouvait dans les années 1950, le restaurant Le Diadème. Il se situe à l’actuel emplacement du Centre Vaima.

2. La vue de Rivoli vue depuis la place de la musique (Tarahoi) vers la cathédrale

Vers 1900, la vue de Rivoli à Papeete, vue depuis la place de la cathédrale. Photo Geoges Spitz

Sur cette vue de la rue de Rivoli vue vers la cathédrale, on distingue à droite, l’Hôtel de France qui deviendra le restaurant Le Diadème, qui était situé au coin de la rue de Rivoli et de la rue de la Glacière, devenue rue du docteur Cassiau, à l’emplacement actuel du restaurant Mac Do .

Dans les années 1964, à coté du restaurant Le Diadème en allant vers la capitale, il y avait le petit atelier de mécanique Robert, ensuite Tahiti Sport De Roux. En suite il y avait le magasin Solari qui exposait des voitures Peugeot. Photo Lucien Gauthier.

Vers 1900, la vue de Rivoli à Papeete, vue depuis la place de la cathédrale. Photo Geoges Spitz

La grande artère de Papeete au temps des lisses blanches et des arbres. A droite, la place du Gouvernement (place Tarahoi), le garage à bicyclettes et le banian du Cercle colonial. A gauche, se trouve l’ancien bâtiment du Commissariat de la Marine. On avait installé là les Contributions et les Douanes, la Poste jusqu’en 1915, au rez-de-chaussée ; le cadastre, au premier étage, jouxtait le Service Topographique. Ce bâtiment fut démoli en 1934-1935 pour créer le parc Albert 1er (parc Bougainville)Photo Lucien Gauthier.

3. La rue de Rivoli vue de l’avenue Bruat (avenue Pouvana’a O’opa)

La rue de Rivoli en 1900, vue à la hauteur du carrefour avec l’avenue Bruat qui est devenue l’avenue Pouvana’a O’opa. A gauche on aperçoit le magasin Joseph Buillard, ancêtre de Michel Buillard, l’actuel maire de Papeete.

Carrefour de la rue de Rivoli et de l'avenue Bruat à Papeete 1890-1900
Commentaires
2018-03-27T17:58:27+00:00 Categories: Centre ville, Papeete d'antan|
524 Partages
Partagez523
Tweetez
Enregistrer
+11