Le géant Honoura

A sa naissance Hono’ura présentait, un aspect qui ne laissait rien entrevoir de la grandeur de sa destinée. Son père: en le voyant s’écria : « Voici une masse informe qui n’a point apparence humaine, il faut l’enterrer ! ». Mais inspiré par un génie, au lieu de l’enfouir dans la terre, il l’abandonna dans une grotte. Hono’ura grandit seul dans sa caverne, ne mangeant que des cailloux.

II devint ainsi merveilleusement grand et fort : C’était un géant !

Le combat avec l’espadon Auroa

Pour distinguer l’approche de Auroa, il fallait connaître trois espèces de vagues qui se succédaient et qui l’annonçaient : les vagues furieuses, les vagues qui courent et les vagues lentes du sillage de son nez.

Un jour Honoura partit avec ses guerriers. Sa troupe partit d’abord sur leur pirogue Tuitui Ama Havai, et Honoura partit ensuite sur la sienne qui se nommait Aratai Havini. Après le départ de Honoura et de sa troupe, le vent mollit et la pirogue des guerriers dériva tandis que Honoura resta seul en pleine mer pour rencontrer Auroa.

Celui-ci ne tarda pas à se montrer et les deux adversaires commencèrent par se défier comme il a toujours été d’usage de le faire avant d’en venir aux coups. Auroa adressa le premier la parole à Honoura et lui dit :  » Je te piquerai avec mon rostre »

Honoura lui répondit: « Je te crèverai le ventre avec ma lance ! ». (Faahipahipa io Toa).

Sur ces mots le poisson furieux, d’un coup sec de sa queue sortit de l’eau et fonça sur Hono’ura qui para le coup avec sa lance. Deux fois Auroa essaya de transpercer Honoura, mais celui-ci bien calme, para le coup. Auroa eut une telle frayeur de la maîtrise et de l’adresse de Hono’ura que, sortant de l’eau pour la troisième fois, il partit dans la direction de Mou’a Tamatai (Montagne de Papara) pour chercher secours chez les deux sorcières, les ruahine Tauauri et Tauatea, qui habitaient au fond de la vallée de Taharu’u.

Auroa vola si vite qu’arrivé au fond de la vallée, emporté par son élan, il ne pût s’arrêter et enfonça son rostre dans la montagne. Malgré ses efforts désespérés pour se dégager il n’y parvint pas et y mourut.

Après le départ de Auroa, Honoura chercha d’abord ses guerriers. Il les retrouva sur une terre inconnue à laquelle il donna son nom « Hono » et celui du vent qui mollit « Ruru » (lulu): Honolulu.

Ensuite, il partit à la recherche de Auroa. Arrivé au pied de la montagne Moua Tamaiti, devant le cadavre de Auroa il s’écria d’un air de mépris «Te pohe a te maa e » (Voilà un tas de nourriture perdue).


Lire la suite des aventures de Honoura : Honoura et les deux sorcières de Papara 


Commentaires

Source :

Pasteur Teraitua , Légende de Honoura i te pii marina. – Bulletin des Etudes Océaniennes n°21 – octobre 1917

2017-04-27T16:04:16+00:00 Categories: Légendes des îles du Vent, Papara|
Partagez
Tweetez
Épinglez
+1
Email