Quelques plantes polynésiennes permettent, grâce aux pigments contenus dans leurs fleurs, leurs feuilles, leurs baies, leur bois ou leurs racines, de fabriquer des teintures colorées : ce sont les plantes tinctoriales.

Une plante tinctoriale est une plante qui produit naturellement des pigments qui une fois extraits étaient utilisés autrefois principalement pour colorer les tapa ( tissus végétaux), mais aussi les monoï. Les pigments sont, selon les cas, contenus dans les feuilles (tou), les fruits (mati) ou les graines (rocouyer, tamanu), les racines (curcuma), l’écorce (nono), ou encore la sève (fei).

Les plantes polynésiennes proposent une vaste palette de couleurs de teintures.  Tous les autres tons peuvent s’obtenir à partir des plantes tinctoriales.

Une vaste palette de couleurs naturelles

Noire

  • Apape, (Rhus taitensis), feuilles.
  • Tiairi, Bancoulier (Aleurites moluccana), amandes calcinées.
  • Tutae pua’a, (Mucuna gigantea), feuilles.

Jaune

  • Nono, (Morinda citrifolia), partie interne d’écorce de racine,
  • Miro, Bois de rose (Thespesia populnea), fruit,
  • Tamanu, (Calophyllum inophyllum), amande pilée
  • Curcuma, (Rea tahiti) rhizome,

Rouge

  • Motuu, (Melastoma denticulatum), baies,
  • Fenia, (Homalanthus mutans), partie interne d’écorce du tronc,
  • Mape, Châtaigner tahitien (Inocarpus fagifer), sève.

Bleu

  • Plumbago – dentelaire du Cap
  • Annona reticula –

Rosée

  • Tiairi Bancoulier (Aleurites moluccana), partie interne d’écorce du tronc.
  • Aito Arbre de fer (Casuarina equisetifolia), partie interne d’écorce du tronc.

Brun

  • Mati (Ficus tinctoria), baies et Tou (Cordia subcordata), feuilles.
  • Bananier (Musa spp.), sève.

Orange

  • Pua (Fagraea berteriana), fruits mûrs.
  • Fara, Pandanus (Pandanus tectorius), partie interne d’écorce de la racine ;

Violet

  • Aute, Hibiscus (Hibiscus rosa-sinensis), fleurs,
  • Purau (Hibiscus tiliaceus), fleurs.
  • Fei, Bananier plantain des montagnes (Musa trogodytarum), sève.

Vert

  • Papayer (Carica papaya), feuilles.

L’extraction des teintures

La manière de procéder à l’extraction des teintures à partir des végétaux varie suivant la partie de la plante qui est utilisée:

    • les feuilles sont pilées finement, puis additionnées d’eau fraîche ;
    • la sève est extraite des troncs (fei, bananier) qui sont coupés puis écrasés ou des graines (mati) qui sont pilées ;
    • l’écorce externe est retirée, l’écorce interne est grattée, recueillie et écrasée, puis mise à macérer dans un peu d’eau fraîche ;
    • les fruits ainsi que les racines sont râpés puis pressés de leur jus. Les noix calcinées de Tiairi sont écrasées puis additionnées d’un peu d’eau fraîche.

A l’issue de chacune des opérations d’extraction de la teinture, celle-ci est passée dans un tamis. Aux teintures obtenues par ces différentes techniques, il est souvent nécessaire pour fixer les couleurs, d’ajouter de la poudre de feuilles de Opuhi Tahiti pilées.

Le Roucouyer ou Rouge à lèvres

Le rocouyer, appelé à Tahiti « rouge à lèvres » est connu depuis longtemps pour ses graines rouges, qui permettent d’obtenir différentes nuances de rouges.
Les Indiens d’Amérique, notamment, l’utilisaient pour leurs peintures corporelles. Actuellement le rocouyer est utilisé pour produire un colorant alimentaire sous le code E160b, qui apporte cette couleur orangée aux fromages comme la mimolette ou le cheddar, aux filets de haddock, aux chips…
Lire la suite… 

Roucouyer

Le fei, banane plantain de montagne

Le fei est un véritable arsenal de matières colorantes. La pulpe du fruit, qui est colorée en rouge à maturité, vire au jaune orangé après cuisson. Le colorant passe dans les urines, qu’il teint en jaune verdâtre.
Le tronc du Fei renferme une sève violacée, qui s’écoule en abondance à la moindre incision. Elle tache le linge d’une manière indélébile. C’est en trempant dans de la sève de Fei des morceaux de bambou effilés que les Tahitiens recopièrent la première Bible apportée par les missionnaires anglicans.
Lire la suite…

L’Opuhi tahitien

Les feuilles aromatiques de l’opuhi des vallées, écrasées avec l’écorce de nono donnent un colorant jaune peu solide que les tahitiens stabilisent en ajoutant quelques râpures d’amande d’ati.
Lire la suite…

Le Nono

Le nono était employé pour teindre les more (jupes de danse en fibres de Purau). Les racines étaient râpées avec un couteau puis mises à macérer dans une calebasse avec de l’eau additionnée de jus de citron. Le liquide était ensuite passé à travers un linge, et les more étaient trempés, à froid, dans le bain de teinture. Au contact d’une solution basique, la teinture de nono prend une teinte rouge cerise. On tirait parti autrefois de cette réaction en employant un lait de chaux, additionné d’une décoction de racine de Nono, pour badigeonner les murs et les charpentes des maisons.
Lire la suite…

Teinture jaune obtenue avec le Nono de Tahiti, Morinda citrifolia. © TAHITI HERITAGE

La Papaye

On extrait des feuilles de papaye écrasées une teinture verte, qui était utilisée pour teindre les tapa (tissus végétaux).
Lire la suite…

Teinture verte réalisée avec des feuilles de Papayer de Tahiti

Rea Tahiti, Curcuma

A Tahiti et aux Marquises, le Curcuma était largement employé pour teindre les vêtements. La couleur obtenue, jaune-chrome, était de toute beauté. Au cours des cérémonies païennes, les jeunes gens et les jeunes filles qui prenaient part aux danses rituelles devaient s’enduire le corps d’une teinture dont la préparation était réservée à de vieux indigènes. Ils râpaient des racines fraîches de curcuma, qu’ils faisaient macérer dans de l’huile de coco, en y ajoutant quelques herbes aromatiques. Quand l’huile s’était suffisamment chargée du principe colorant, il ne restait plus qu’à filtrer et à distribuer le liquide aux danseurs.
Lire la suite…

Curcuma longa, Rea Tahiti, Tumeric © Tahiti Heritage

Mati

Les feuilles fraîches de Tou mélangées et broyées avec des figues de Ficus tinctoria (Mati) développent une couleur rouge qui servait à teindre les tapa, le visage et le monoï. Pour préparer la teinture, on pressait légèrement chaque figue et on laissait tomber deux ou trois gouttes de suc sur une feuille de Tou. Les feuilles imprégnées de ces gouttes, étaient empilées les unes sur les autres, les faces de même nature en regard, placées dans un vase en bois et pilées . La couleur rouge apparaît instantanément. Le tout était délayé dans un peu d’eau puis tamisé au travers d’une poignée de bourre de coco.

De nouveaux colorants naturels

Actuellement, dans plusieurs pays, le développement des recherches de nouvelles sources de colorants tirés du monde végétal montre l’intérêt de valoriser diverses parties de plantes principalement exploitées pour d’autres usages. C’est le cas de notre cocotier dont les des jeunes noix vertes donnent une très belle teinture « vieux rose » et des feuilles de Coleus (vieux garçons) qui donnent une belle teinture vert clair.


Commentaires

Source :

Gilbert Cuzent, recherche sur les productions végétales. Edition Haere Po No Tahiti.
Paul Pétard, Les plantes tinctoriales polynésiennes, 1955 Journal d’agriculture tropicale
Service de la Culture et du Patrimoine. Doris Maruoi, TAPA et Teintures végétales.
Plantes tinctoriales des traditions et sociétés du Pacifique : de la sauvegarde des savoirs aux nouvelles perspectives d’application. Ethnopharmacologia, n°46, décembre 2010
Olivier Babin, Des plantes pour colorier. Tahiti Infos,  sept 2016

2017-02-12T17:30:50+00:00 Categories: Fleurs de Tahiti|
7 Partages
Partagez7
Tweetez
Enregistrer
+1
Email